Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
Pêchez en Haute-Vienne Fédération pour la pêche et la protection du milieu aquatique

Publié le 31/08/2022

Communiqué de presse

A l’issue du comité sécheresse qui s’est tenu le mercredi 10 août, en présence du Secrétaire Général de la Préfecture et du Directeur de la Direction Départementale des Territoires, le département est maintenu en état de crise renforcée.

Attentive depuis plusieurs semaines à la situation hydrologique du département, la Fédération constate tout comme l’ensemble de son réseau des AAPPMA, au même titre que de nombreux acteurs de l’eau, que les suivis des débits des cours d’eau indiquent une situation sans précédent. Cette situation semble s’être accentuée sur la partie nord du département ces derniers temps, notamment sur le bassin-versant de la Gartempe.

Mardi 9 août, une très large majorité des Présidents des AAPPMA a pu être contactée afin de dresser un bilan exhaustif des situations hydrologiques rencontrées sur les différents bassins versants. Il ressort des différents entretiens que la situation globale est préoccupante d’autant plus dans le contexte d’incertitude des prévisions météorologiques des prochains jours et des prochaines semaines.

L’actualisation du profil des températures et de l’oxygène dissous a été réalisée le mardi 9 août par la Fédération sur la Vienne dans sa partie classée en première catégorie piscicole. Celui-ci présente des valeurs et des pourcentages de saturation en oxygène qui sont encore en phase avec les exigences écologiques de l’espèce repère, à savoir la Truite fario. Cependant, le contexte actuel reste préoccupant et demande une vigilance accrue.

A ce stade des éléments à notre disposition, il n’est pas encore envisagé de restreindre la pratique de la pêche sur les eaux de première catégorie. Néanmoins, la Fédération réunit actuellement l’ensemble des données et des outils d’aide à la décision dans le cas d’une aggravation des tensions sur le réseau hydrographique afin de protéger les espèces les plus sensibles.

Cependant, fermer la pêche sur toutes les eaux de première catégorie et pour toutes les espèces ne changera rien au mal que nous subissons : le manque d’eau !
Les pêcheurs sont des acteurs responsables, raisonnables, et à ce titre ils sont utiles et indispensables sur le bord des cours d’eau pour exercer leur rôle de sentinelles. Leur présence au bord de l’eau est ainsi précieuse afin de relayer notamment les différentes observations auprès des AAPPMA et auprès de la Fédération. Les gardes pêche particuliers sont également mobilisés et effectuent un travail remarquable dans la remontée des informations.

Des échanges permanents avec les services de l’Etat permettent d’ores-et-déjà d’envisager différents scenarios corrélés à la situation météorologique, afin d’anticiper et d’adapter l’évolution des pratiques halieutiques, dans le respect des milieux et des espèces. Cela signifie que nous avons la possibilité de cibler des secteurs, voire des espèces, dans les restrictions que nous pourrions être amenés à proposer à Madame la Préfète après sollicitation des AAPPMA.

Nous devons, structures associatives de la pêche de loisir rester plus que jamais mobilisées pour observer l’évolution des cours d’eau et des plans d’eau dans les prochains jours et les prochaines semaines. Tous les échelons de la pêche associative de loisir doivent se mobiliser.

La Fédération est bien évidemment prête à répondre aux situations d’urgence et donc à se déployer afin d’organiser des pêches électriques de sauvetage de la faune piscicole, en s’appuyant sur ses nombreux bénévoles. Ces interventions sont naturellement conditionnées à leur faisabilité (conditions d’accès, état des populations, proximité d’une zone propice de réintroduction…).

Enfin, dans ce contexte, nous ne pouvons que rappeler l’impérieuse nécessité d’une sobriété de chacun à l’égard de la ressource en eau.

L’heure est grave. Nous touchons du doigt une réalité que nous avons sous estimée trop longtemps et qui va nous impacter durablement. Nous devons faire preuve de résilience tous ensemble. La prise de conscience individuelle est le préalable nécessaire à toute évolution collective.

Retour à la liste des actualités